Étude sur la Paracha HOUKAT 06 Tamouz

Étude sur la Paracha HOUKAT 30 juin/ 06 Tamouz.

D… prescrit à Moché et Aharon le décret de la Torah, « Houkat Hatorah » qui consiste à prévoir une eau purificatrice à partir des cendres d’une vache rousse, qui, seule, a la propriété de purifier du contact d’un mort.

Myriam meurt, et le peuple manque rapidement d’eau, Moché en fait jaillir en frappant un rocher, alors quprélèvementavait dit de parler simplement. Pour cela, il n’entrera pas en terre promise.

Aharon meurt également dans la Paracha, tout le peuple va le pleurer et prendra le deuil durant un mois. Le peuple est en route vers la terre d’Israël et se voit refuser l’entrée par les Édomites, il devra effectuer un détour par l’est.

Les enfants d’Israël demandent à traverser pacifiquement le pays des Amoréens, mais ceux-ci le leur refusent également et leur déclarent la guerre, avant d’être vaincus.

HAFTARA:

L’essentiel de cette haftara est constitué par le discours que Jephté a tenu au roi des Ammonites, ennemis des enfants d’Israël, Il avait envoyé une délégation auprès de ce monarque, avec mission de lui demander les raisons de son agressivité envers les enfants d’Israël. C’est le parallèle avec notre Paracha qui relate l’hostilité des peuples étrangers et leur refus de laisser Israël traverser leur territoire pour se rendre en terre promise. Réponse du roi :  » C’est parce qu’Israël a pris mon pays, quand il monta d’Egypte, depuis l’Arnon jusqu’au Yaboq et jusqu’au Jourdain ; « et maintenant, rends-moi ces contrées en paix ! » . Autrement dit :  » Vous nous avez dépouillés de nos terres, et vous les occupez sans droit ni titre ! Il n’y aura pas de paix entre nous, aussi longtemps que vous ne nous les aurez pas rendues !  » c’est toujours d’actualité.

Jephté ne se laissera pas décourager par ce refus, et tentera une seconde fois de négocier. Il rappela aux Ammonites des données historiques indiscutables, celles qui avaient donné à Israël un droit irréfutable à la possession des territoires convoités par ses adversaires : Israël n’avait rien pris, ni à Moab, ni à Ammon, mais c’est Sihon, roi des Amorréens, qu’il avait combattu, et ce sont ses terres qu’il s’était approprié. Les Ammonites n’avaient pas à s’ingérer dans cette querelle, à laquelle ils étaient étrangers.

Si Erets Israël est à nous, ce n’est pas parce que nous l’avons conquise, mais parce que D… nous l’a donné ! Aussi n’avons-nous pas le droit d’y renoncer!

Chabbat chalom à tous.

Rabbin Ariel BENDAVID