Étude quotidienne

Étude quotidienne 04 septembre / 24 Elloul. Pour l’élévation de l’âme de Raphaela Hanna bat Mazal Tikouna bat Fanida Chekroun et Aimé Haïm ben Yaacov Zrihen.

Le Jour de Rosh Hachana.

Malgré le jour du jugement, nous devons être toutefois confiants dans la miséricorde et le jugement de D…, c’est pourquoi, il faut réciter les prières de Rosh Hachana dans la sérénité et avec la ferveur requise.

Il n’y a pas de supplications (aveu des fautes) à Rosh Hashana pour ne pas éveiller le satane, l’objet même de la mitsva du jour, le chofar, consiste justement à brouiller les forces maléfiques et accusatrices.

On peut néanmoins reconnaître ses fautes en pensée et se résoudre à y mettre un terme, se repentir (téchouva).

Il est bon de se lever tôt et de se préparer convenablement pour la prière.

Il est fortement déconseillé de dormir le jour de Rosh Hashana, en cas de grande fatigue, on pourrait siester si nécessaire, après midi solaire (hatsot hayom). Notons que l’oisiveté en ce jour grave est semblable au sommeil.

Aussi, On évitera les conversations futiles au cours de ces saintes et redoutables journées et on s’efforcera plutôt d’étudier ou prendre part à des cours.

A l’instar du chabbat et yom tov, le jour de Rosh Hachana, on évitera de rester à jeûn jusqu’après hatsot, moitié du jour, si l’office se prolongeait, il convient de procéder au kiddouch à l’issue de la lecture de la Torah et ensuite aborder la 2ème partie, le chofar et le moussaf.

Malgré la rigueur du jour, Roch hachana est un yom tov à tous égards, repas et réjouissances sont de mise, puisque nous avons toute confiance en D… et en son clément jugement. 

Bonne journée à tous.

Rabbin Ariel BENDAVID